Il en est mille pour massacrer les branches du mal contre un qui frappe à la racine, et il se peut que celui qui consacre la plus large somme de temps et d’argents aux nécessiteux contribue le plus par sa manière de vivre à produire cette misère qu’il tâche en vain à soulager.

Henri-David-Thoreau

Henry David THOREAU – “Walden ou la vie dans les bois” – 1854